Accident violent sur l'autoroute !


5 Août 2005, par une belle journée d’été, nous voilà partis, avec ma petite famille dans le carrosse rutilant. Exceptionnellement, en chemin nous empruntons une portion d’autoroute.
Pour la quasi séxagénaire c’est une découverte car la vitesse n’est plus de son âge !
Voici notre sortie à 100 mètres, le Lac d’Aiguebelette, près de Chambéry. C’était notre destination. Ah zut, un bouchon si près de la sortie !
Nous sommes à l’arrêt et échangeons des suggestions de repas, plus appétissants les uns que les autres. Il est Midi. 

Soudain un bruit d’enfer nous surprend et une masse noire nous percute, nous « survole » avant de s’échouer dans les véhicules qui nous précédaient. Ebahis, nous nous regardons pour voir si l’un de nous est blessé. Nous nous regardons, hébétés.
On se demande presque si l’on est mort ? tant le bruit a été violent et soudain !





Et l’on comprend que c’était une voiture qui roulait à vive allure, qui ne s’est pas arrêté derrière les autres véhicules. Le conducteur dira à la gendarmerie qu’il s’est endormi au volant.  



La Safrane lancé à 150 km /heure, a fait des dégâts dans la BUICK qui n’avait pas bougé d’un centimètre. On aurait pensé que la Safrane avait percuté un mur !
Huit voitures vont rentrer sur un camion plateau !
La BUICK repartira par ses propres moyens, une fois ramassé tous les précieux morceaux.



Elle fera le retour. 150 km, clopin clopant, pour la voir s’effondrer d’une partie de son châssis sur notre parking ! C’est un signe, elle nous avait sûrement sauvé la vie avec sa carcasse d’acier et puis, elle est venue s’échouer chez elle.

 


 

LA RECONSTRUCTION

Et là, l’aventure de reconstruction commence ! (Merci au garage CAURO pour les premiers soins !)

Cela durera 8 mois, aile, pare chocs, pare brise, feux arrières, clignotants, , baguettes, portières, pneus….ou trouver tout ça, sinon aux Etats-Unis ?
Comment ? Internet !
 

Sur-Cric-Garage-ret-plaque-cachee.jpg
Je pense avoir dragué 300 casses de voitures, de revendeurs, de magouilleurs…de la Californie à la Nouvelle Orléans en passant par le Colorado !
Et tout ça, assis dans un fauteuil.

En fait, voilà comment a débuté la restauration complète de la voiture. On tire un bout du fil, et 5 ans plus tard...

Notre facteur, Roger, me dit souvent: « J’ai l’impression d’avoir apporté ta Buick en pièces détachées... ». 
Bien sûr, il a fallu apprendre le vocabulaire automobile des  « américaines », et négocier avec les ricains.
Et, ça, c’est une grande leçon...Mais c'est une autre histoire.